La balade du Roy D’Espagne

Au sud de Marseille se trouve un parc. Le parc du Roy d’Espagne. Le souverain ibérique, battu par Napoléon est déchu de son trône en 1808 est exilé en France. D’abord dans le nord, il rejoint la capitale provençale dont il préfère le climat…

Construit entre 1960 et 1980, le parc du Roy d’Es- pagne fait partie du quartier de la panneau_parc2pointe rouge dans le 8ème arrondissement de Marseille, il mesure 60 ha. 2000 logements accueuillent 6000 habitants.

Pour faire face à une vague d’immigration italienne, pieds-noir et juive, il est racheté en 1959 par la Caisse des Dépôts et Consignations à une vieille famille marseillaise qui le possédait depuis 1923.

Depuis 2006, le parc est classé patrimoine architectural du 19ème siècle car il est construit sur deux domaines existants au début du 19ème, le domaine Musso et le domaine Bastide qui étaient, en fait, des territoires de chasse.

On retrouve encore des restes des murs qui délimitaient les domaines dans quelques endroits du parc.

Avant la construction de ces logements, portailil y avait beaucoup de bastides ( nom donnée par les marseillais à leurs maisons de campagne ) autour de ces deux grands domaines.

C’était un peu la campagne à Marseille. Sous le second Empire, posséder une bastide est du dernier chic, synonyme de réussite sociale.

Il ne reste plus rien de ces bastides. À part quelques portails qui sont restés en l’état.

On entre dans le parc par le Rondpoint de l’olivier qui comportent également 3 cyprès, symboles de bienvenue en provence lorsqu’ils sont placés à l’entrée d’une propriété.

Les logements ont été réalisés par l’architecte Guillaume Gillet. II s’est inspiré d’un modèle finlandais des années 50. place_village_centrecommercialLequel laissait la part belle à la nature, la campagne et la lumière. Ainsi, le parc du Roy d’Espagne comprend 70% d’espaces verts.

Gillet s’est également inspiré de la Cité Radieuse du Corbusier. Notamment en utilisantle béton comme matériau. En ayant également recours au pilotis pour la construction des petits immeubles et en voulant un lieu autosuffisant avec un petit centre commercial qui se retrouve au coeur du quartier…

Le Parc est composé de dix grandes tours au pied des collines, de quelques villas
individuelles et de groupes de petits immeubles orga- nisés autour de patios ouverts bien à l’abri du vent….

yucca_geantLes petites résidences recellent de véritables trésors naturels. On trouve ainsi un magnifique poivrier et un Yucca géant.

Sans compter les incontournables pins, les bambous, les eucalyptus, les chênes… qu’on retrouve un peu partout tout au long de la balade dans le parc du Roy d’Espagne.

Autre curiosité Cachée au milieu des résidences, le petit parc de la Redonne.

Il est ouvert à tous et son sol est recouvert de sable. Sable qui fut la richesse du quartier à partir de 1850.

Le Parc du Roy d’Espagne fut, à une époque éloignée, au bord de la mer. Lorsqu’elle s’est retirée, elle a laissé du sable. Pendant près de cent ans, trois sablières existaient où l’on collectait ce sable servant à la construction. Ainsi, les deux premières tranches du parc du roy d’Espagne ont été construites avec et sur ce sable.

L’eau du canal est arrivée dans le quartier en 1854 et a complètement transformé le paysage. Il a permis d’y développer l’agriculture et la création de fermes (7 au total entre les deux domaines).

Aujourd’hui les fermes n’existent plus, les mutations urbaines les ont transformées en résidence. il ne reste que la ferme pédagogique du Roy d’Espagne destinée à ex_votol’éducation des enfants et qui comporte une curiosité : un ex voto en forme d’église gothique miniature dédiée à Ane Blanc et fabriqué à partir d’une technique très en vogue à l’époque,

L’art de la rocaille, le travail du ciment pour le faire ressembler à de la roche. Cet ex voto a été réalisé par François blanc, en 1851, mazarguais, maçon et poète, rocailleur de père en fils.

Autre curiosité du parc, la pyramide. Véritable monument funéraire, elle a été construite en 1809 pour accueillir les cendres de Camille Bastide, fils de dominique Bastide, mort à l’age de 3 ans.

À l’époque, une mode apparait en référence à la campagne egyptienne de Napoléon, ce qui explique surement la raison de la construction de cette pyramide encore assez bien conservée et qui est l’objet d’un projet de classe- ment aux monuments historiques.

Le Parc abrite également un village SOS Enfants. organisme fondé en 1949 en Autriche par Herman G Meiner.

sosenfantsSa mission est de permettre à des fratries orphelines ou séparés de leurs parents d’être élevés en- sembles, dans des appartements individuels par des mamans SOS qui s’occupent d’eux. Le village SOS Enfants de Marseille a été créé en 1973 et abrite 45 enfants dans 10 maisons individuelles.

Allée Albeniz, Allée Goya, Boulevard Velasquez… Toutes les rues du parc du Roy d’Espagne portent des noms d’illustres artistes espagnols…

Le parc doit son nom au roi d’Espagne, Charles IV. Battu par Napoléon en 1808, il est détrôné, et envoyé en exil à Compiègne.

Le roi s’accommode mal au climat et est envoyé à Marseille en 1808 avec sa suite. Féru de chasse, il loue puis achète le château Bastide en Janvier 1811. La propriété accueille de nombreuses réceptions et fait vivre les paysans alentour. Le roi sera de nouveau exilé en 1812 et le château restera à jamais dans la mémoire des marseillais comme le château du Roy d’Espagne d’où le nom donné au Parc du Roy d’Espagne lorsque les logements y seront construits.

À la loupe Amina Bounab – Taourati Moussa – Christine Fassanaro.
À la boussole Martial Fassanaro